Revalorisons la formation technique et les métiers pour contrer le décrochage scolaire

Publié le 22 octobre 2015, par Leblanc, Michel

Nous le savons, depuis toujours, au Québec, le sujet de l’éducation soulève les passions.

 

L’éducation demeure le meilleur moyen pour l’étudiant d’assurer son avenir et pour la société d’améliorer sa richesse et son niveau de vie.

 

Depuis des années, nous cherchons un consensus qui permettra à la fois d’assurer l’accès aux études à un maximum d’étudiants et de répondre au sous-financement chronique de nos établissements d’enseignement supérieur. La question financière n’est pourtant pas la seule grande menace qui s’oppose à la réussite de nos jeunes.

 

En effet, malgré une amélioration récente du taux d’obtention de diplômes, beaucoup de jeunes quittent encore trop tôt leurs études. À Montréal, un jeune sur cinq décroche avant d’avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, et à peine 52 % des jeunes passeront directement du secondaire au collégial.

 

Il est vrai qu’au cours des dernières années, nous avons assisté à une belle prise de conscience collective quant à l’importance de la persévérance scolaire. Le discours public a changé, une multitude d’organismes de la société civile se sont attelés à la tâche et le secteur privé s’est engagé financièrement.

 

Depuis 2009, les taux d’obtention de diplômes ont recommencé à grimper. Au cours de cette période, nous avons gagné 5,7 points de pourcentage. Nos efforts collectifs portent fruit. Bravo!

 

Malgré cela, on connaît tous, près de nous, un ou une jeune qui hésite à poursuivre ses études ou qui a même amorcé son décrochage. Que faire?

 

Je crois qu’une partie de la réponse réside dans la revalorisation des métiers. Je parle de tous ces emplois qui ne requièrent que quelques années de formation professionnelle ou technique et qui offrent des défis palpitants et valorisants. Ce sont des emplois recherchés, bien rémunérés et qui ouvrent la voie à des carrières stables et intéressantes.

 

Ces postes existent dans tous les secteurs – soins de santé, aérospatiale, administration, technologies de l’information et des communications, transport et logistique, etc. Exigeant une formation qui va du diplôme d’études professionnelles effectué en quelques mois au diplôme d’études collégiales obtenu en trois ans,ces disciplines mènent directement à un emploi stable et bien rétribué. Mécanicien d’équipement lourd, technicien en génie civil, inspecteur en construction, technologue en radiation médicale, foreur et dynamiteur de mines à ciel ouvert, de carrières et de chantiers de construction, infirmier… Autant de métiers qui peuvent rapporter plus de 50 000 $ par année et pour lesquels les perspectives d’emploi pour les prochaines années sont favorables en raison des postes qui sont ou seront bientôt disponibles sur le marché du travail.

 

La persévérance scolaire rapporte à la fois à la société et à l’individu. Si les causes du décrochage scolaire sont multiples, des études ont démontré que des encouragements soutenus exercent une plus grande influence sur les projets d’études d’un enfant que sa condition économique. Chaque jeune a besoin d’encouragements chaque jour.

 

Parce que la persévérance est l’un des plus importants gages d’une société prospère, j’invite en ce début d’année scolaire tous les parents, amis, conseillers et leaders d’opinion à valoriser l’éducation et à encourager chaque jour un jeune – qu’il s’agisse du leur ou non. Et devant un jeune découragé, qui pourrait être tenté d’abandonner, soyons plus nombreux à mettre de l’avant le cheminement vers les métiers. Notre avenir individuel et collectif en dépend.

 

Ce texte a été publié par La Presse en février 2015. Il a été réédité pour ce début d’année scolaire. 

Haut de page