Les villes intelligentes en partage

Publié le 18 décembre 2014, par Guay, Louise

J’ai assisté récemment à une très intéressante présentation d’étudiants à HEC Montréal. Ils ont présenté 7 villes qui se sont transformées pour redevenir prospères. Il s’agit de Boston, Manchester, Melbourne, Philadelphie, Pittsburgh, San Diego et Seattle. Le but était de comprendre le comment, le pourquoi, et d’appliquer à Montréal les approches de communication adoptées par ces villes.

À vos marques et partez!

Ces villes n’ont pas réussi à se démarquer toutes seules. Elles ont collaboré avec leurs citoyens et avec des agences qui les ont accompagnées dans une démarche de gestion de la marque. On y trouve plusieurs points communs : la participation, la créativité, la durabilité et la technologie (données ouvertes, personnalisation, mobilité, etc.).

Quel pourrait être le facteur de différenciation de Montréal? À cet égard, nous nous disions que la mise en réseau des villes deviendrait nécessaire pour accélérer les changements et optimiser les meilleures pratiques.

Montréal, ville-réseau au Québec

Comme le proclame son maire enthousiaste, Denis Coderre, Montréal est la métropole du Québec. C’est un lieu ouvert, accessible et dynamique. Elle a cette confiance de ne pas vouloir dominer, mais de pratiquer un leadership collaboratif. Montréal pourrait être une des premières villes intelligentes en partage.

Pourrait-elle se mettre en réseau avec tout le territoire du Québec?

Plutôt que d’attirer les banlieusards au centre-ville du matin au soir, pourquoi ne pas miser sur le télétravail? Amsterdam a libéré 40 % d’espaces de bureaux occupés par ses fonctionnaires en les faisant travailler plus près de leur domicile. Et réussi son pari de détrôner la voiture comme premier moyen de transport urbain.

Télétravail et cotravail pour tous

Le télétravail à la maison a ses limites. Le télétravail en réseau, c’est pouvoir trouver près de chez soi un espace de travail partagé et ouvert à tous. Un tiers lieu situé entre son domicile (premier lieu) et son lieu de travail habituel (second lieu) présente plusieurs avantages.

Pour les gens : plus d’épargnes, moins de stress et plus de bien-être écologique.

Pour les organisations : diminution des coûts immobiliers, fidélisation des employés, attraction des jeunes talents.

Pour les villes : développement des services de proximité, impact économique local.

Desjardins, un réseau québécois accessible en temps réel et sur demande

Le Living Lab de Montréal a proposé à Desjardins de faire un projet pilote à Montréal et en banlieue pour offrir des espaces de télétravail en réseau. Les Caisses Desjardins sont situées stratégiquement sur tout le territoire québécois.

Grâce à un système de réservation, d’accès et de facturation en temps réel utilisant des cartes à puce ou un cellulaire, il suffit de devenir membre du Réseau des tiers lieux du Québec pour obtenir un siège et des services n’importe où au Québec.

En plus des Caisses Desjardins, le Réseau des tiers lieux serait aussi ouvert aux incubateurs, aux accélérateurs et aux hubs. Ainsi, tous les usagers profiteraient de la mobilité.

L'intelligence urbaine en partage

Le futur est celui des villes intelligentes en réseau. Les écovillages en ville, en banlieue et en région font tous partie de cette intelligence additionnelle urbaine. Il faut voir la prospérité dans la multiplication et le foisonnement que les réseaux permettent. Comme les gens épargneraient davantage, ils viendraient à Montréal pour magasiner, se divertir, s’éduquer, etc.

L’originalité et l’individualité québécoise réinventent la créativité

La coopérative Desjardins renouerait ainsi avec sa mission de partenaire économique. Le Québec miserait sur la prospérité par une nouvelle dynamique économique. Montréal exprimerait ses liens avec les autres villes et favoriserait l’accès à l’Internet haute vitesse partout au Québec.

Montréal comme métropole et ville-réseau manifesterait une authentique originalité, ce qui est plus que jamais nécessaire pour réussir et devenir prospère.

C’est ainsi que nous ferions notre marque.

Pour en savoir plus :

Créer un nouvel élan à Montréal (10 propositions pour un programme de relance)

BMO Groupe financier et Boston Consulting Group, février 2014.

Haut de page