Voir grand pour la prospérité de nos communautés!

Publié le 31 août 2016, par Sévigny, Bernard

Le 14 septembre prochain, j’aurai le plaisir d’aller à la rencontre des élus et des gens d’affaires de l’Abitibi-Témiscamingue, alors que sera officiellement lancée la tournée de la présidence de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), sur le thème « Voir grand! ». Au fil des années, cette tournée est devenue un exercice incontournable pour toute personne ayant le privilège de présider cette véritable institution, qui est le porte-parole du milieu municipal au Québec depuis près d’un siècle.

Les quelque 20 arrêts que je ferai dans des municipalités de toutes tailles et situées sur l’ensemble du territoire québécois me permettront notamment de prendre le pouls de nos régions et d’échanger avec différents acteurs sur le terrain de leurs préoccupations respectives quant au développement et à la vitalité de nos communautés. Lors de cette tournée, j’entends inscrire à l’ordre du jour deux thèmes qui me sont particulièrement chers : l’autonomie municipale et le développement économique.

 

L’autonomie municipale, condition nécessaire à des milieux de vie dynamiques et prospères

Alors que le milieu municipal a signé l’an dernier un accord de partenariat avec le gouvernement du Québec, le contexte semble des plus propices pour faire le point sur les avancées réalisées par les municipalités au cours des dernières années et discuter des chantiers majeurs en cours pour accorder davantage d’autonomie aux gouvernements locaux, qui sont les plus collés sur la réalité des citoyens et des entreprises.

Rappelons que le milieu municipal a obtenu plusieurs gains importants à ce chapitre tout récemment. En mai, le gouvernement du Québec a en effet dévoilé une politique et un plan d’action pour alléger et simplifier le fardeau administratif imposé par Québec aux municipalités. Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, monsieur Martin Coiteux, a également déposé, lors de la dernière session parlementaire, deux projets de loi majeurs : le projet de loi 109 accordant le statut de capitale nationale à la Ville de Québec et le projet de loi 110 modifiant en profondeur le régime de négociation des conventions collectives et de règlement des différends dans le secteur municipal.

Deux autres pièces législatives importantes devraient par ailleurs être déposées par le gouvernement d’ici la fin de 2016 : un projet de loi accordant le statut de métropole à la Ville de Montréal et un autre octroyant davantage de pouvoirs aux municipalités, à titre de gouvernements de proximité. Mises ensemble, ces mesures donneront plus d’outils aux élus locaux et aux municipalités pour agir directement sur le développement et la prospérité de leurs communautés, au bénéfice de l’ensemble des citoyens.

 

Les municipalités, partenaires incontournables de la relance économique

Au cours des dernières années, les municipalités sont devenues des partenaires incontournables du développement économique, et ce, sur l’ensemble du territoire. Cette tendance s’est accélérée en 2014, alors qu’elles ont hérité de nouveaux pouvoirs en matière de développement économique local et régional, à la suite de l’abolition des centres locaux de développement (CLD) et des conférences régionales des élus (CRÉ).

Dès lors, les municipalités contribuent de près à la relance de l’économie, dans toutes les régions du Québec. Elles assurent en effet le développement efficient des zones et parcs industriels et veillent au déploiement d’une vision stratégique du développement durable du territoire. Elles soutiennent les entrepreneurs dans les phases de démarrage, d’expansion et d’exportation et font même de plus en plus la promotion du potentiel de leur territoire dans la recherche de nouveaux investissements.

Rappelons qu’en tant qu’actrices économiques et donneuses d’ordres de premier plan, les municipalités sont par ailleurs responsables de près de 60 % des infrastructures publiques au Québec. Elles investissent annuellement près de 16 milliards de dollars dans l’économie québécoise et offrent 80 000 emplois directs et 8 000 postes électifs dans toutes les régions du Québec.

Bref, plusieurs grands dossiers mobilisent actuellement non seulement le milieu municipal, mais également la communauté d’affaires. C’est pourquoi je suis impatient de prendre la route et d’entreprendre ce dialogue dans toutes nos régions.

Au plaisir de vous rencontrer lors de cette tournée!

Haut de page