Sara en tournée : dans l’œil du lion

Publié le 9 janvier 2015, par Leblanc, Sara

Dans l’œil du lion. C’est le nom de l’activité entrepreneuriale des étudiants de première session du programme Techniques de l'informatique - Développement d'applications Web et Mobiles du Cégep de Sorel-Tracy à laquelle j’ai assisté en décembre.

Cinq équipes de 2 à 3 étudiants présentaient leur projet  à des gens d’affaires d’expérience susceptibles de les aider. Félicitations aux deux équipes gagnantes. Lors de cette journée, j’ai été impressionnée de voir ces jeunes présenter leur projet devant un jury composé de :

Simon de Baene, cofondateur et président de GSoft;

Fabienne Desroches, directrice générale du Cégep de Sorel-Tracy;

Richard Farley, professeur du programme Techniques de l’informatique du Cégep de Sorel-Tracy;

André Lussier, président de Lussier Cabinet d’assurances et services financiers inc.  et de

Serge Péloquin, maire de la ville de Sorel-Tracy.

Ce genre d’activités permet aux étudiants de développer des compétences importantes pour leur avenir. Que ce soit en tant qu’entrepreneur ou autre, il faut savoir vendre son produit ou ses services. Et ce n’est pas facile de faire une présentation devant des étrangers. Il faut une assurance et une confiance en soi, surtout dans le contexte où le projet est soumis à des gens d’affaires d’expérience.

Certains jeunes étaient plus timides, d’autres utilisaient de l’humour et la salle entière riait. Chaque équipe avait son propre style, mais tous les étudiants ont été capables de bien présenter leur projet et de susciter l’intérêt du jury.

Comme toute entreprise en démarrage, le défi reste souvent le financement. Malgré les bonnes idées, seulement deux équipes ont eu un prix en argent pour les aider à poursuivre leur projet.

Le financement reste une des grandes difficultés de l’entrepreneuriat. C’est pourquoi il est important de faire toute la recherche et les études de marché, et de bien planifier son plan d’affaires. Réfléchissez à tous les scénarios possibles et ayez une solution, car au moment où les investisseurs auront des questions, vous devez avoir la réponse pour les convaincre que votre projet en vaut la peine.

Ce sont toutes des choses qu’on apprend normalement « sur le tas ».  Le fait que ces étudiants puissent l’apprendre à un si jeune âge sous l’encadrement de professeurs, je trouve ça génial !

Haut de page