Et si l'on se donnait le goût de prospérer

Publié le 16 février 2015, par Dorval, Yves-Thomas

Il y a 6 ans, le CPQ s’est doté d’une nouvelle vision, d’une mission plus inclusive et d’une signature sous le thème « S’allier pour la prospérité ». Nous avons été sur toutes les tribunes pour appuyer le développement économique pour tous au Québec, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest.

Au cours de ces années, le CPQ a colligé les résultats et la situation quant aux déterminants principaux en matière économique au Québec. Nous l’avons présenté sous la forme de notre bulletin de la prospérité. Les constats qui se sont dégagés sont des constats quelque peu ambivalents, le constat d’une performance économique moyenne, voire inférieur en la comparant à des états similaires, particulièrement en Amérique du Nord, en dépit du potentiel extraordinaire du Québec.

Le CPQ a entrepris une vaste consultation auprès des intervenants de tout horizon, dans tous les milieux, dans tous les secteurs d’activités et il a développé un projet de campagne qui vise à faire le pont entre le développement économique et le niveau de vie. C’est pour cette raison qu’il y a plus d’un an, la thématique de ce projet de campagne qui a été élaboré est la prospérité pour tous, avec tous et par tous. Un projet de campagne inclusif qui regroupe tous les citoyens, toutes les organisations de l’ensemble du Québec autour d’un objectif commun, celui de maintenir, voire améliorer le niveau et la qualité de vie des Québécois.

[youtube]http://youtu.be/KqwjHJkfdNA[/youtube]

Parce que le Québec fait face à plusieurs enjeux, je pense, entre autres, au vieillissement démographique, à la dette, au contexte économique mondial et parce que le Québec possède de nombreux atouts comme la richesse de nos ressources naturelles, notre position géographique avantageuse et notre système financier reconnu comme l’un des plus solides au monde, il faut réussir à libérer le plein potentiel du Québec si l’on veut maintenir notre qualité et notre niveau de vie.

Je parle bien sûr de notre potentiel économique, mais aussi de notre potentiel de créativité, de notre potentiel de solidarité sociale, donc notre potentiel à prospérer. Partout dans le monde, la prospérité des états repose sur leur intensité entrepreneuriale et sur le succès de leurs entreprises à la grandeur du territoire. C’est ce que le CPQ a entrepris à l’automne dernier, nous avons entrepris une mobilisation des gens d’affaires, nous sommes allés à la rencontre des jeunes dans les institutions scolaires afin de stimuler leur fibre entrepreneuriale.

Nous avons également entrepris des recherches sur les impacts de la prospérité et je vous annonce que, le 26 février prochain, nous allons rendre publique une première étude inclusive sur le lien entre développement économique, performance économique, niveau de vie, qualité de vie et bien-être de la population.

Durant les trois prochaines années, nous mettrons en place des actions concrètes afin de nous donner, ensemble, le goût de prospérer. Que ce soit en dévoilant le vrai visage des entrepreneurs derrières les entreprises du Québec, en organisant des forums sur l’entrepreneuriat et en créant des opportunités où des gens provenant de tous les milieux et de toutes les régions puissent dialoguer sur l’importance de la prospérité, nous voulons collectivement, se donner le goût de prospérer.

Haut de page