Des jeunes qui veulent entreprendre

Publié le 20 février 2015, par Marchand, Rina

En matière de dynamisme entrepreneurial, on pourrait, bien sûr, se rappeler que le Québec accuse un certain « retard » par rapport au reste du Canada.

En effet, c’est l’un des constats perceptibles depuis 2009, année de lancement de l’Indice entrepreneurial québécois (IEQ) de la Fondation de l’entrepreneurship[1].

Cependant, ce serait faire fi de notre futur : nos jeunes Québécois (18-34 ans) sont drôlement présents dans la chaîne entrepreneuriale, particulièrement sur le plan des intentions d’entreprendre (2014 : 33,6 %, 2013 : 25 %). Mieux : parmi tous les choix de carrière possibles, l’entrepreneuriat arrive en tête de liste pour ces jeunes (pour les 35 ans et plus : on repassera...).

Sachant qu’en 2014 les jeunes sont 12 % à être propriétaires d’une entreprise, il y a matière à renforcer cette chaîne et à s’assurer que cette volonté d’entreprendre est soutenue, et que les jeunes sont accompagnés afin que leurs démarches et leurs passages à l’action se concrétisent.

Le Québec n’en est pas à ses premières armes pour sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat. Cependant, il est urgent d’accompagner les jeunes dans leurs projets entrepreneuriaux avec l’aide d’entrepreneurs aguerris. C’est chose faite!

Au niveau postsecondaire, il n’y a qu’à penser à la création du Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux à HEC Montréal en 2014 ou à l’Espace Entreprendre du Cégep Garneau de Québec l’automne dernier.

Pour la Fondation, il est important de développer le réflexe entrepreneurial de nos jeunes et de le faire avec ceux et celles qui sont « passés par là » : nos entrepreneurs.

Ainsi, le programme Entreprendre ça te branche?, soutenu par Hydro-Québec, permet aux jeunes d’avoir des conférences-témoignages dans les écoles données par des mentors du Réseau M, le réseau de mentorat pour entrepreneurs de la Fondation.

Avec la nouvelle communauté Moovjee Québec, soutenue par COGECO, la Fondation propose également de l’accompagnement, du réseautage, des échanges et de la reconnaissance aux entrepreneurs en phases de prédémarrage-démarrage, détenant une formation qualifiante en entrepreneuriat.

S’engager vers la voie de la prospérité, c’est aussi stimuler et accompagner ceux et celles qui, demain, en seront les acteurs…

Haut de page